Sono un Freelance, commento e scrivo articoli su diversi temi come la sociologia , le religione , la politica , gli avvenimenti storici , culturali , ambientali , ecologici ecc...

lunedì 14 ottobre 2013

Qui était Boumediène, l'ex president de l'Algérie????

La mort de l'ancien président Boumediene avait vraiment créée une grande surprise, non seulement pour tout le peuple algérien, mais dans le monde entier qui se demandait de sa foudroyante disparition? En fait Boumediene n'était pas malade et jouissait d'une trés bonne santé. Lorsque le  gouvernement annoça sa mort en déclarant qu'il avait été malade pendant une longue période et qu'il était mort après 40 jours d'agonie. Il était clair que Boumediene était une douleur à quelqu'un auquel ne portait aucun interèt et surtout avec  son régime politique trés particulier qui a été souvent confronté à un certain nombre de différents politiques du monde occidental. De nombreux politiciens dans le monde entier craignaiet ce jeune président devenu un grand personnage trés fameux dans le milieu médiatique. Le comble est qu'il a été reçu dans un certain nombre de pays socialistes comme la Chine, l'URSS, Cuba, l'Iran et Pakistan ... Il était un vrai citoyen algérien nationaliste et même si je ne suis pas d'accord aujourd'hui avec sa politique et la plupart de ses idiologies typiquement marxistes, l'ex président s'était senti tout de suite arrivé au sommet du monde et que malheureusement il n'avait pas pris en grande considération l'opinion politique occidentale qui ne le voyait pas de bon oeil mais qui le guettait déjà dés son coup d'état à Ben Bella en 1965. Boumediene était jeune dans un pays encore trés jeune et se retrouver dépourvu d'un vrai guide plein de sagesse à ses còtés, Boumediene continua son chemin en déviant ses advérsaires politiques de partout. Il n'avait confiance en personne jusqu'à s'emparer du ministère de la défense dont il se chargeait en personne de peur d'être renversé à son tour. Tout parvint aprés les années de la crise pétrolière des années 70. Le Sommet des Non-Alignés de 1973 a constitué une étape fondamentale qui a servi de tremplin. L´apothéose de ce redéploiement diplomatique fut, incontestablement, la participation de Boumediène, en avril 1974, à la session spéciale de l´Assemblée générale de l´ONU où il a prononcé un discours mémorable sur le Nouvel ordre économique international." "Boumediène, sachant que l´armée, au lendemain de l´Indépendance, serait la seule force soudée et homogène, capable d´impact sur le terrain, a réussi l´intégration des wilayate au sein de la nouvelle Armée nationale populaire. Ce n´est pas si peu dire. Il a été, incontestablement, le fondateur de l´Armée algérienne, au sens moderne du terme. Il entrait, parfaitement, dans ses projets d´avenir, de remplacer les cadres hérités de la guerre de Libération nationale, par des officiers issus, soit des écoles de Cadets de la Révolution, soit des bancs de l´université puisque les portes des forces armées leur avaient été ouvertes".
Ces mêmes cadets auprès de qui Boumediène venait les week-end à Koléa pour s´enquérir de l´avancement de leur scolarité. Il fut donné à l´auteur de ces lignes, enseignant en tant que sous-lieutenant dans le cadre du service national, d´apercevoir le Président s´enquérir de la scolarité de plusieurs cadets dont il était le tuteur.
S´agissant de ses relations avec la France, De Gaulle fut un visionnaire. L´homme du 18 juin 1940 avait déjà compris les motivations de celui qui deviendra l´homme du 19 Juin 1965". "Boumediène avait de l´admiration pour de Gaulle, ce visionnaire, rénovateur de la politique arabe de la France". Il a, publiquement, confirmé ce jugement dans son message de condoléances, à la mort du général en 1970: "Je m´incline devant le patriote exceptionnel qui a su concevoir, dans une vision noble et généreuse (...), l´avenir des peuples algérien et français".
"Boumediène, écrit Ali Mebroukine- qui un jugement plus nuancé-, a toujours été respectueux de la légalité révolutionnaire. On va voir qu´à travers les profondes réformes engagées sur le terrain, c´était tout un projet de société que H.Boumediène entendait mettre en oeuvre. Quelque opinion qu´on ait du bilan du président Boumediène, force est de constater que la récupération des richesses naturelles (1966 et 1971), la Révolution agraire, la démocratisation de l´enseignement donnaient un contenu concret aux principes contenus dans la proclamation du 1er Novembre 1954; autrement dit H.Boumediène n´a eu de cesse de rester fidèle à la raison d´être même du combat mené par le peuple algérien pour se libérer de la domination coloniale et accéder enfin à la dignité et au bien-être. Un an et demi avant sa mort, le président H. Boumediene remanie les structures du gouvernement, revient sur le modèle économique en vigueur, décide de mettre fin à une politique d´arabisation outrancière et démagogique (la désignation de Mostefa Lacheraf comme ministre de l´Enseignement fondamental est emblématique à cet égard), instaure un numerus clausus à minima à l´entrée de l´université pour prévenir sa clochardisation. Ces mesures annonçaient des réformes de structure plus profondes qui devaient être initiées à partir de 1979. Le président Boumediène était porteur d´un projet de transformation de la société algérienne. A cet égard, il est indéniable que le président Boumediène n´a pas pu se hisser au-dessus des clans et des factions qui étaient à l´oeuvre au sein des appareils d´Etat et qu´il n´a pu empêcher le jeu des forces centrifuges qui cherchèrent à le déstabiliser, à partir de 1977, sitôt qu´il eut exprimé sa détermination de "nettoyer les écuries d´Augias". Le président Boumediène était indéniablement un homme d´Etat auquel avait fait défaut la plus précieuse et la plus rare des ressources dont aucun bâtisseur ne peut se passer, le temps".
De 1965 à 1978, date de la mort de Boumediène. l´Algérie a engrangé, en 13 années, l´équivalent de 22 milliards de dollars. Ce qui a permis d´asseoir une industrie chimique, une industrie mécanique, une industrie sidérurgique. 30 ans après, il ne nous reste que l´outil de raffinage (22,5 millions de tonnes) et pétrochimiques.
 Il est donc malvenu, objectivement, de nier ce qui a été accompli par le président Boumediène. Naturellement et comme tout homme, Boumediène avait sa part d´ombre et avait fait des erreurs, dit-on, dans l´agriculture, il n´empêche que ses idées étaient généreuses et il ne profita pas de sa position pour s´enrichir. Pour avoir donné des motifs de fierté aux Algériennes et Algériens. Pour avoir entretenu l´aura de la Révolution algérienne contre vents et marées. Pour avoir simplement fait son devoir, il quitte l´histoire, il entre dans la légende. L´Algérie a plus que jamais soif d´Algériens de sa trempe pour lui redonner espoir .
Boumediene fut incontestable en matière de travail envers son pays, comme Kabyle et Bérbère, je tiens à rappeler au monde entier que ce dernier n'avait jamais voulu  même pas entendre parler de ce peuple qui lui est paru extrèmement bizarre et étrange. C'était vraiment dommage!!!

L'ex président Houari Boumédiene.