Sono un Freelance, commento e scrivo articoli su diversi temi come la sociologia , le religione , la politica , gli avvenimenti storici , culturali , ambientali , ecologici ecc...

giovedì 24 settembre 2015

L'ambiguité continue jusqu'à 2015...

Slimane Melab
Slimane Melab
L'ambiguïté porte au désespoir à la mélancolie, à la confusion totale, à la dépression morale et ultérieurement physique, la déception, le regret, la colère, l'incompréhension, le déroutement, la grande erreur , transforme ses victimes, les embrouille, le psychologue intervient trop tard, des symptômes d'une maladie chronique, les portes de l'hôpital qui s'ouvrent, ça commence le traitement interactif sans résultats. Le patient sort et reprend son allure et ses rythmes vitaux. Ça rebelote, de nouveau le dérangement du système nerveux, cette fois-ci, il vaut mieux d'aller en montagne, l'air frais, le bleu du ciel, la terre verdoyante, les fontaines naturelles, le silence de la nature remplit de chants des oiseaux qui soulèvent le moral et exaltent les coeurs tristes et affaiblit de stress et de tourments. Les maladies humaines, guérit par la nature dont il a toujours besoin, comme le vent, la pluie, la neige qui nettoient la nature, qui arrosent les plantes. L'environnement, les fleuves, les rivières, la mer avec son immensité, les savanes, les poumons du monde, on les détruit peu à peu, on en trace des routes au milieu de la vie, on crée des incendies, on brule des milliers d'hectares de champs, on a touché la faune, des animaux qui se sauvent et d'autres qui meurent. Des expérimentations nucléaires un peu partout, on se crée des maladies, on investit dans les médicaments pour guérir le mal de nos mains. On fabrique des armes pour créer des guerres là où règne la paix, on diminue une population, on la blesse pour lui vendre des médicaments, on la soutient pour l'exploiter ultérieurement et en tirer un bénéfice, la lutte, le combat de la survivance, l'égoïsme, l'individualisme, la concurrence, qui arrivera à résister jusqu'à la fin, la force, la suprématie, le développement, la haute technologie, la puissance, la détermination, le choix, la distinction des classes, la richesse de la pauvreté, les pavillons de haut de gamme, des villas luxueuses, des baraques démunies, complètement dégradées, des favélas, le capitalisme, la bourgeoisie moderne. Le XXI siècle de la crise économique, de la pauvreté mondiale, des spéculateurs, des profiteurs, des assassins, de terroristes, de racisme et de religions, de divergences, de désastres absolus, voici notre monde , celui du mal qui ne cesse de se multiplier.