Sono un Freelance, commento e scrivo articoli su diversi temi come la sociologia , le religione , la politica , gli avvenimenti storici , culturali , ambientali , ecologici ecc...

sabato 31 ottobre 2015

APN: L’opposition crie au scandale

APN.jpgL’opposition, celle siégeant à l’APN, crie, une fois de plus, au piétinement du règlement intérieur de la Chambre basse du Parlement, avec, notamment, affirme-t-elle, «le passage outre le quorum des députés présents rarement atteint».
Comme ce fut le cas, selon elle, hier, à l’occasion de l’installation des neuf nouveaux vice-présidents et les présidents et les rapports des commissions dans le sillage du renouvellement des structures de l’Assemblée. «A peine s’il y a 150 députés présents», soutient, en effet, le nouveau président du groupe parlementaire de l’Alliance de l’Algérie verte (AAV) composée du MSP, de Nahda et d’el- Islah.
Pour Abderrahmane Benferhat, c’est «la seconde fois de suite que le règlement intérieur de l’Assemblée, notamment ses articles 12 et 13, est foulé aux pieds en ce sens, selon lui, que le président de l’Assemblée n’a pas invité les représentants des groupes parlementaires en vue d’un accord au sujet de la répartition des postes de vice-président et ce, précise-t-il, malgré une correspondance qui lui a été adressée le 14 septembre dernier lui rappelant l’impérative application du règlement intérieur, notamment son article 13 en sus d’une réunion avec lui en personne».
De ce fait, le groupe parlementaire de l’AAV, selon son chef, fait porter à Mohamed-Larbi Ould Khelifa «toute la responsabilité de la non-application de l’article 13 du règlement intérieur et au groupe parlementaire majoritaire, celui du FLN, la responsabilité morale pour ne l’avoir pas respecté».
Pour Benferhat, le retard accusé dans l’installation des structures de l’Assemblée nationale, quelles que soient les raisons avancées, «diminue du droit constitutionnel de l’APN en matière de temps suffisant à l’étude approfondie du plus important projet de loi, en l’occurrence le projet de loi de finances 2016».
Ce qui a amené le groupe parlementaire du triumvirat islamiste à boycotter cette séance d’installation des nouveaux vice-présidents de l’APN, tout comme ce fut le cas de ceux du FFS, du PT, du Mouvement de l’édification nationale issu d’une dissidence d’avec le Front du changement et du FJD. Le chef du groupe parlementaire du parti que préside Abdallah Djaballah fait remarquer que le quorum nécessaire à la validation de cette séance plénière est loin d’être atteint. D’où «le retard de près d’une heure 30 minutes par rapport à l’horaire prévu pour cette cérémonie». Et puis, ajoute-t-il, «le président de séance s’est juste contenté de soutenir que le quorum est atteint sans annoncer le nombre des députés présents».
En effet, la séance prévue à 10h n’a été entamée que vers 11h30 minutes en l’absence des députés du FFS, de l’AAV, du PT, du FJD et de nombreux députés du FLN. Un scénario presque similaire à celui ayant prévalu l’année dernière, induit par le large mécontentement au sein du groupe parlementaire du vieux front lors de l’opération de vote effectuée, il y a quinze jours de cela, pour élire les représentants du parti dans les structures de l’APN.
Lakhdar Benkhellaf soutient, par ailleurs, avoir interpellé par courrier le président de l’APN sur une autre «anomalie». Selon lui, certaines primes perçues par les députés comme celle de l’hébergement ou encore celle du téléphone ne figurent pas sur leurs fiches de paie. Ce qui veut dire que «ces primes échappent à toute imposition» et ce, «au moment où l’on parle d’austérité et de rationalisation des dépenses».
This posting includes an audio/video/photo media file: Download Now