Sono un Freelance, commento e scrivo articoli su diversi temi come la sociologia , le religione , la politica , gli avvenimenti storici , culturali , ambientali , ecologici ecc...

giovedì 5 novembre 2015

Pôle biotechnologique : Algériens et américains font le point

PHRMA-500x214.jpgLe fameux méga complexe de biotechnologie algéro-américain de plusieurs milliards de dollars, devant être installé à la nouvelle ville de Sidi Abdallah,  semble relancé.
Une délégation de l’association PhRMA (Pharmaceutical Research and Manufacturers of America) qui représente les principaux industriels de la pharmacie activant dans le domaine de la biotechnologie aux Etats unis, a été reçue ce matin par le ministre de la santé de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf.
Selon un communiqué du ministère, les deux parties ont évoqué le développement du partenariat dans le domaine de l’industrie du médicament et le début de mise en œuvre des actions concourant à la création d’un pôle de biotechnologie en Algérie (projet Algeria Vision 2020). On est donc à la phase active de ce méga projet unique en son genre au Afrique du nord et deuxième en Afrique.
La délégation US chez le ministre
La délégation américaine emmenée par le directeur exécutif de PhRMA pour la région MENA, M. Samir Khalil, a été accompagnée par le président du Conseil d’affaires algéro-américain (USABC), Smail Chikhoune, qui tente depuis des années de ramener des investisseurs US en Algérie.
Le ministre de la santé n’a pas manqué de souligner devant ses invités «l’énorme» potentiel que représente le marché algérien qui a «non seulement de fortes capacités d’absorption mais recèle aussi un gisement de compétences universitaires et de main-d’œuvre qualifiée en sus de sa situation géographique stratégique proche des marchés européen et africain».
De leur côté, les représentants de PhRMA ont tenu à mettre en exergue le fait que leur présence en Algérie procède de leur volonté de s’implanter durablement dans un marché porteur, au regard de «l’accès universel aux soins dont jouit la population algérienne». Pas uniquement, puisque les américains ont loué les «ressources universitaires» du pays et son implantation «géographique» qui sont autant de facteurs déterminants dans la réussite de leurs investissements.
Un méga complexe à Sidi Abdallah
Dans cette perspective, Dr Samir Khalil a informé le ministre de la Santé que «de nombreuses avancées ont été enregistrées depuis la dernière rencontre du mois de mai 2015 et que les réunions mensuelles périodiques de groupes thématiques ont permis de tracer un programme de mise en œuvre pratique du contenu du mémorandum d’entente signé entre le gouvernement algérien et le groupe PhRMA à San Diego (USA) en 2014».
Les deux parties se sont ainsi entendues pour procéder à une «première évaluation» de cette mise en œuvre vers la fin du premier trimestre 2016. Signe de l’intérêt que portent les firmes américains à l’investissement en Algérie, le directeur exécutif de PhRMA a invité officiellement l’Algérie à participer au prochain congrès mondial des biotechnologies (Bio 2016) qui se tiendra en juin prochain à San Francisco aux USA.
This posting includes an audio/video/photo media file: Download Now